logomahamum.jpg

powered_by1.png, 1 kB
Accueil arrow Video Linking.L. 2010
Le nouveau MINHDU prend le pouls PDF Print E-mail
Written by Administrator   
Tuesday, 24 January 2012
Image

Le  21 décembre 2011 s’est tenue une réunion de prise de contact entre le nouveau ministre du Développement Urbain et l’Habitat et la société civile.

A peine nommé par le chef de l’Etat Paul Biya le 09 décembre 2011, Jean Claude Mbwentchou, le nouveau ministre du Développement Urbain et de l’Habitat (MINDUH) s’intéresse de près à la société civile. Ceci se passe le 21 décembre 2011, lors d’un entretien que le MINDUH, ses plus proches collaborateurs ont eu  avec les représentants des organisations membres du Réseau National des Habitants du Cameroun (RNHC), syndicats et autres OSC engagés au quotidien dans des actions de promotion de l’habitat au sein des quartiers spontanés de la ville de Yaoundé. Dans son mot introductif,  Jean Claude Mbwentchou insiste sur la nécessité d’une franche collaboration avec la société civile et de tous les acteurs de la chaîne de l’habitat social puisse trouver sa justification dans le nouveau septennat du président de la République qui a fait du secteur de l’habitat une priorité. Le nouveau MINDUH appelle à la contribution de tous les acteurs afin que les promesses de Paul Biya puissent êtres traduites en actes concrets. Louant les initiatives des OSC et plus particulièrement celle de l’ONG ASSOAL dont il a eu un grand écho. Jean Claude Mbwentchou a voulu savoir s’il existe un cadre juridique de collaboration entre le MINDUH et les OSC ? Quelles sont les activités menées par la société civile en termes de promotion de l’habitat ? Les principales difficultés ? Quelles sont les propositions pouvant faire l’objet d’un partenariat gagnant entre l’institution gouvernementale dont il a la charge et la société civile ?

Présent lors de la rencontre, Jules Dumas Nguebou de l’ONG ASSOAL répond aux préoccupations du MINDUH. Sur le cadre juridique, le coordonnateur des programmes de l’ONG indique que l’action des OSC s’adosse sur un certain nombre de textes dont la loi de 1990 sur les associations et celle de 1999 relative aux ONG. Quant aux activités menées par la société civile en terme de promotion de l’habitat, Jules Dumas Nguebou explique : « le point de départ, c’est la conférence de Foumban de 2007 sur le logement social qui avait permis d’identifier un nouvel acteur du logement social susceptible de contribuer à faire réduire le déficit en logements que connaît le pays. Cependant les conditions d’émergence de ce nouvel acteur à savoir les Coopératives d’habitat n’étaient pas encore réunies. Ce qui a justifié des actions du RNHC en vue de formuler au gouvernement des propositions stratégiques visant à aménager un dispositif de financement adapté à cette catégorie d’acteur du logement social. Les 12 propositions encore appelées « chaîne de logement social » mises en œuvre contribueraient ainsi au bout du compte à la construction de logements sociaux de 5 à 6 millions de FCA conformes aux normes d’habitat au bénéfice des personnes à revenus très modestes ».

 

L’option Coopératives d’habitat

Les problèmes rencontrés par les acteurs de la société civile sont légions. Entre autres, le cadre juridique et institutionnel de l’habitat en premier : « même si la loi relative à la copropriété est à saluer pour ses innovations en terme de gestion de la copropriété, il demeure que le décret sur les coopératives est la plus grande attente des coopératives, du moment où il est  sensé garantir les droits des coopérateurs dans leus rapports avec la coopérative », explique Jules Dumas Nguebou. Au niveau des capacités des acteurs, la création d’un office national de l’habitat a été présentée comme un palliatif aux difficultés rencontrées par les promoteurs de logements sociaux à ficeler des projets éligibles à des financements. Dans l’ensemble, l’alternative Coopérative proposée par le RNHC consisterait à faire que  l’effort qui contribue au logement spontané puisse contribuer à la construction de « logements sociaux normalisés ».

De nombreuses attentes

En guise de recommandations, la société civile attend donc du MINDUH que soit mis sur pied un véritable programme de promotion de l’habitat, l’alimentation d’un fonds rotatif qui permettra de répliquer la construction de « 1500 logements sociaux école » par le RNHC dans toutes les régions du pays, l’accompagnement aux initiatives de restructuration des quartiers spontanés et la participation à la vulgarisation de la loi sur la  copropriété.

Last Updated ( Tuesday, 24 January 2012 )
 
< Prev   Next >
© 2017 Plateforme des Promoteurs des Mutuelles et Cooperatives Habitats
Joomla! is Free Software released under the GNU/GPL License.